Les alamédas de l'empire espagnol durant la Renaissance : un ensemble singulier et cohérent de promenades arborées

Résumé : La genèse des promenades plantées d'arbres en ville relève des topoï artistiques et des fêtes urbaines de la Renaissance européenne. C'est au sein de l'empire espagnol que les " copies " d'un prototype d'avenue arborée mis au point à La Haye en 1536 suite à la visite de Charles Quint se diffusent largement, avant d'atteindre la France dans les premières décennies du XVIIe siècle. Ce sont les alamédas d'une dizaine de villes de Castille et d'Andalousie, dont les alignements de peupliers (Alamos) tracent des perspectives à travers des paysages champêtres (prados) ou des sites insalubres que l'on a assainis - le plus souvent, il s'agit de relier la cité à des édifices représentatifs du pouvoir monarchique catholique situés extra muros. À partir de 1590, ces architectures végétales dédiées aux plaisirs courtois, qui correspondent à une vision idéalisée de l'urbanité, sont transposées par le colonisateur espagnol dans des villes de Nouvelle Espagne et du Pérou. Or, dans un premier temps, la création de ces " avenues-jardins " du Nouveau Monde, qui s'inscrit dans la modernité la plus avancée de l'époque, mais qui ignore totalement la culture précolombienne des jardins, rencontre des difficultés.
Type de document :
Article dans une revue
Le Verger, Cornucopia, 2014, pp.1-19
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00946791
Contributeur : Laurent Paya <>
Soumis le : vendredi 14 février 2014 - 10:33:18
Dernière modification le : vendredi 21 septembre 2018 - 01:18:28

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00946791, version 1

Collections

Citation

Laurent Paya. Les alamédas de l'empire espagnol durant la Renaissance : un ensemble singulier et cohérent de promenades arborées. Le Verger, Cornucopia, 2014, pp.1-19. 〈halshs-00946791〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

300