Sentir et ressentir la ville à travers des ego-documents. L’exemple du Journal du passementier bavarois F.C. Krieger, 1821 – 1872 - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Norois Year : 2013

Sentir et ressentir la ville à travers des ego-documents. L’exemple du Journal du passementier bavarois F.C. Krieger, 1821 – 1872

(1)
1

Abstract

Le maître passementier Franz Caspar Krieger, habitant de la ville bavaroise de Landshut, a tenu quotidiennement un journal durant 51 ans, de juin 1821 jusqu’en février 1872. Ce récit de tous les jours constitue aussi une source directe et indirecte des sensibilités et du paysage sensoriel du diariste. Selon la perception sensorielle de F.C. Krieger, il est possible de distinguer deux figures de la ville : d’un côté la ville ordinaire, où l’appareil sensoriel établit des liens de familiarité grâce à la vue, à l’ouïe et au toucher, et de l’autre côté la ville « exceptionnelle », celle de la catastrophe, mais aussi de la fête. Les perceptions sensorielles dessinent ainsi des ambiances, celle de la rue, de l’intérieur des tavernes, de la vie religieuse. Le ressenti de sa ville constitue finalement une somme d’ambiances qui suscitent en lui des sentiments de familiarité et d’identité avec l’espace urbain et avec la communauté de ses habitants.

Dates and versions

hal-02391447 , version 1 (03-12-2019)

Identifiers

Cite

Robert Beck. Sentir et ressentir la ville à travers des ego-documents. L’exemple du Journal du passementier bavarois F.C. Krieger, 1821 – 1872. Norois, 2013, 227, p. 43-54. ⟨10.4000/norois.4660⟩. ⟨hal-02391447⟩

Collections

UNIV-TOURS CETHIS
54 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More