Vulnérabilités et résilience au changement climatique en milieu urbain : vers de nouvelles stratégies de développement urbain durable ?

Résumé : La littérature académique comme institutionnelle en matière de risques urbains a connu de substantiels développements au cours des dernières décennies, avec un changement progressif du regard porté sur la question des catastrophes « naturelles », notamment à la lumière du changement climatique. Ce phénomène simultanément planétaire, irréversible, et anthropogénique, qui multipliera et accentuera très vraisemblablement les événements catastrophiques d’origine météorologique tout autour de la planète, bouleverse profondément « l’archipel du danger » : après un stade de prise de conscience au tournant des 1990, marqué par le lancement de la Décennie Internationale de prévention des catastrophes naturelles (DIPCN) et du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC), un autre seuil a été franchi au tournant de ce siècle, caractérisé par le développement de risques systémiques d’une ampleur inégalée accompagnant la mondialisation des problèmes écologiques, sociaux, et économiques qui menacent gravement les posssibilités de développement durable. Du fait de ce bouleversement de perspectives, les travaux sur la question des risques naturels et climatiques, longtemps aléa-centrés, et par conséquent focalisés sur la question de l’atténuation des phénomènes eux-mêmes, se concentrent aujourd’hui davantage sur la question de l’atténuation des impacts et des vulnérabilités qu’ils révèlent. Beaucoup de travaux mettent alors l’accent sur les conditions biophysiques et socioéconomiques pouvant conduire à des situations de catastrophes et proposent donc le développement d’outils de diagnostic des vulnérabilités. Très peu, cependant, adoptent une approche territorialisée, centrée sur la ville, tentant de lier le fonctionnement et le développement urbain avec les vulnérabilités au changement climatique et les moyens de les réduire grâce à des stratégies d’adaptation adéquates. Face aux formes accentuées de risques que les sociétés urbaines contribuent à renforcer voire à créer en lien avec le changement climatique et ses impacts, c’est précisément ce manque d’attention accordé au couple vulnérabilité/adaptation que cette recherche s’est attachée à combler avec un triple objectif. En premier lieu, cette recherche revêt une dimension de théorisation et de conceptualisation visant à mieux définir et caractériser des notions fortement interdisciplinaires et transversales sur lesquelles les points d’achoppement scientifiques et les débats sont nombreux (vulnérabilité, résilience, adaptation, développement urbain durable…). En deuxième lieu, cette recherche vise à progresser dans la compréhension des impacts du changement climatique sur les systèmes anthropisés (vulnérabilité) et dans l’identification des facteurs qui déterminent la capacité de réponse des sociétés urbaines (résilience) face à ce méta-risque local qui redéfinit et redessine les autres risques et aléas. Enfin, en lien avec les objectifs écologiques, économiques et sociaux d’un développement urbain durable, cette recherche tente de formuler des pistes et propositions en vue de contribuer à l’émergence de stratégies d’adaptation et d’atténuation renouvelées, destinées à accroître la résilience urbaine face au changement climatique, en particulier des sociétés et des territoires les plus vulnérables. L’enjeu est de participer à la construction des éléments qui composeront la ville durable de demain en proposant des éléments de réponse aux questions suivantes : A quelles conditions l’apparition ou l’exacerbation de vulnérabilités territoriales par le changement climatique peut-elle opérer comme un levier pour la prise en compte d’enjeux globaux dans l’action locale ? Comment penser les indispensables articulations, mise en cohérence, et coordination entre les actions d’atténuation et les actions d’adaptation dans une stratégie cohérente et intégrée aux préoccupations de développement urbain durable ? Comment adapter les dynamiques urbaines (formes, mobilité, planification, etc.) pour rendre les villes moins vulnérables aux évolutions climatiques et moins génératrices d’émissions de gaz à effet de serre (GES) ? Pour répondre à ces questions de recherche, les principales hypothèses formulées sont les suivantes : 1) La question de l’articulation des différentes échelles spatio-temporelles (local/global, court terme/long terme) est une question particulièrement saillante dans l’étude des effets du changement climatique pour les territoires urbains et leur vulnérabilité (ou leur résilience) à ces impacts ; 2) La perception des risques, leur acceptabilité sociale, la part des responsabilités globales (pressions anthropiques indirectes) et des responsabilités locales (pressions anthropiques directes) à des problèmes rencontrés sur les territoires, le gradient et la pertinence des réponses sont très variables suivant les interlocuteurs, les intérêts représentés, l’échelon territorial où l’on se situe ; 3) L’amélioration de la résilience urbaine face aux évolutions climatiques passe par une meilleure compréhension de phénomènes complexes et interdépendants fondée sur une nouvelle approche, systémique et interdisciplinaire, de la ville et de la dialectique vulnérabilité/adaptation qui permette l’identification non seulement de l’ensemble des facteurs de vulnérabilité intrinsèques des systèmes urbains mais aussi de leurs interrelations en tenant compte notamment des effets de dominos, de seuils, et de rétroactions. Compte tenu des objectifs visés, la démarche adoptée dans cette recherche nous a conduits, en lien avec les enjeux de développement urbain durable, à envisager les concepts d'impacts du changement climatique et d'adaptation dans le cadre d’une analyse globale des vulnérabilités urbaines plus apte à comprendre la complexité des processus en question. Dans ce dessein, nous proposons une nouvelle vision des interactions entre les facteurs climatiques et l’évolution des sociétés urbaines, fondée sur une approche interdisciplinaire en termes de vulnérabilité et de résilience/adaptation (capacités dynamiques de récupérer et de s’adapter face à un changement défavorable) et une représentation systémique afin d'éclairer les interdépendances complexes des systèmes sociaux, économiques et environnementaux et de mieux comprendre les différentes dynamiques qui participent à la fragilisation croissante des sociétés humaines. Cette recherche a ainsi été l’occasion d’explorer la façon dont les effets localisés du changement climatique se combinent sur les territoires aux autres dysfonctionnements, tensions et dégradations… et aux processus sociopolitiques pour donner aux politiques urbaines un caractère plus ou moins effectif, et en faire ou non un facteur d’accentuation de la vulnérabilité urbaine face aux risques climatiques. Car il ne suffit pas de définir ou de constater la vulnérabilité urbaine pour en comprendre les ressorts. La vulnérabilité urbaine, qui est simultanément multidimensionnelle, multidisciplinaire et dynamique, n’est pas un concept simple à appréhender, surtout dans un contexte de changement climatique : d’une part, les impacts attendus des évolutions climatiques (et donc l’exposition future) sont marqués par une forte incertitude, surtout à l’échelle locale (évolution du climat moyen et/ou modification de la fréquence et de l’ampleur des événements extrêmes) ; d’autre part, il n’y a actuellement pas de consensus sur les déterminants de la résilience ou plus précisément de la capacité d’adaptation qui en est une des composantes, sachant que résilience et capacité d’adaptation sont largement contextuelles, ce qui freine les velléités de comparaison à grande échelle ; enfin, il n’y a pas davantage consensus sur la vulnérabilité elle-même et son lien à l’adaptation. Des limites des approches disciplinaires traditionnelles de représentation du couple vulnérabilité/adaptation fondées sur des relations de causalité linéaire, il nous est apparu indispensable de développer une approche interdisciplinaire et systémique pour réinterroger ce couple vulnérabilité/adaptation. On analyse ainsi comment le passage de la vulnérabilité urbaine au changement climatique aux réponses locales induit une chaîne de causalité complexe et non linéaire. Après avoir élaboré un schéma systémique du couple vulnérabilité/adaptation mettant en évidence des causalités circulaires et des boucles de rétroactions, nous montrons en quoi ce couple se situe d’emblée entre coévolution et incertitude. Ces questions théoriques ont des conséquences pratiques ou opérationnelles puisque les responsables locaux doivent composer avec les vulnérabilités de leur territoire au risque climatique, qui est devenu un nouvel enjeu pour la sécurité des biens et des personnes comme pour le devenir même des villes, et en tenir compte dans leurs politiques d’aménagement. La représentation du couple vulnérabilité/adaptation qu’ont en tête les responsables locaux n’est en effet pas sans incidence sur leur manière d’envisager leurs politiques locales de réponse au changement climatique. Il en est ressorti qu’une approche systémique était plus à même de contribuer à améliorer la résilience urbaine au travers de la formulation de stratégies d’adaptation et d’atténuation locales plus étroitement reliées et, qui plus est, intégrées à des politiques structurantes de développement urbain durable. Il apparaît toutefois, au vu des faits, que si le mot d’ordre de l’adaptation au changement climatique est de plus en plus intégré dans les discours des collectivités, il n’est encore que peu mobilisé dans les référentiels et stratégies d’actions. Bien que certaines incidences du changement climatique se manifestent déjà, la prise de conscience de la nécessité d’agir par les acteurs locaux commence à peine à s’opérer et les politiques en la matière n’en sont qu’à leurs balbutiements. C’est pourquoi cette recherche, bien que volontairement focalisée sur la dimension d’« adaptation » au changement climatique, impliquait cependant de resituer les pratiques et stratégies d’adaptation dans le cadre d’une – éventuelle – « politique climat locale » et plus largement de développement urbain durable.
Type de document :
Rapport
[Rapport de recherche] PIRVE 20-2051, Programme Interdisciplinaire de recherche Ville et Environnement (MEDDAT-CNRS); Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne (MSHB). 2011, pp.203
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-tours.archives-ouvertes.fr/hal-01485926
Contributeur : François Bertrand <>
Soumis le : jeudi 9 mars 2017 - 15:13:19
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:31
Document(s) archivé(s) le : samedi 10 juin 2017 - 14:27:21

Fichier

Quenault etude complet light.p...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01485926, version 1

Citation

Béatrice Quenault, Patrick Pigeon, François Bertrand, Nadège Blond. Vulnérabilités et résilience au changement climatique en milieu urbain : vers de nouvelles stratégies de développement urbain durable ?. [Rapport de recherche] PIRVE 20-2051, Programme Interdisciplinaire de recherche Ville et Environnement (MEDDAT-CNRS); Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne (MSHB). 2011, pp.203. 〈hal-01485926〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

793

Téléchargements de fichiers

1676